Lorsque l’on commence à étudier l’astrologie, on commence par des livres qui traitent de la technique et des symboles.


Petit à petit on se rend compte que l’on a soi-même un rapport intime avec ce que l’on apprend et que d’apprendre ce qui se passe dans le ciel étoilé ouvre à des dimensions intérieures de notre être dont nous n’avions pas forcément conscience.


La vie humaine s’enrichit en étudiant les étoiles selon la Tradition astrologique, car l’esprit des étoiles apparaît à l’âme humaine.


C’est la même chose qui se produit lorsqu’une mère commence à comprendre l’esprit de son nouveau-né au travers de ses faits et gestes. Au départ c’est un petit être de chair et peu à peu il manifeste son entité d’âme et d’esprit. Il en va de même avec les corps célestes. Ce sont des corps physiques qui ont leur propre esprit et cet esprit se dévoile notamment dans leurs mouvements et les rapports que ces corps célestes entretiennent entre eux. De la même manière qu’une mère dira que son fils est calme avec Julien et qu’avec Jean ça finit toujours mal, de même la relation de Saturne à Vénus par exemple aura une conséquence et la relation de Saturne à Mars en aura une autre.


Le monde de la matière laisse dès lors entrevoir une autre réalité, une réalité métaphysique, voire même métapsychique.


Mais il ne faut pas avoir peur de ces mots.

La métaphysique est une recherche rationnelle [Voir la définition du Petit Robert ci-dessous - 1].


Chacun sait que lorsqu’il ressent quelque chose chez autrui, le sentiment n’a rien de matériel. Le sentiment est une expérience psychique, un état psychique. Lorsque les étoiles laissent entrevoir à l’âme autre chose que leur corps physique, c’est un peu comme si vous étiez devant un miroir embrumé, la brume se dissipe et le miroir laisse entrevoir la netteté des contours de votre visage là où auparavant c’était flou. Ainsi se dévoile une réalité à l’âme humaine lorsqu’elle traverse cette couche de brume qu’est le monde visible des étoiles. Un esprit se dévoile, nos fonctions psychologiques associées aux astres prennent du sens.


Lorsque cette brume s’est dissipée, l’intérêt pour l’astrologie ne cesse de grandir, car un monde spirituel s’ouvre à l’âme humaine. L’étape la plus difficile est de franchir ce miroir, car le cerveau s’y oppose de toutes ses forces. Pourtant le cœur est lui aussi rationnel à sa façon, il n’y a pas que le cerveau. L’essentiel est invisible pour les yeux disait Saint Exupéry. Notre cerveau ne peut pas voir la réalité spirituelle, seule notre âme le peut.


Tout le monde sait que notre cœur et notre cerveau dans leur discussion mutuelle nous posent souvent des problèmes. Pour éviter les problèmes, il importe d’atteindre à la justesse de nos sentiments et à la clarté de nos pensées. Avoir un sentiment juste (Un cœur honnête avec lui-même) et une pensée claire (Un cerveau éclairé) voilà ce à quoi l’astrologie peut mener. Et notre vie de tous les jours ne nous facilite pas cette attitude de justesse.


Hubert Reeves parlait d’une connivence entre l’Homme et l’univers. Hubert Reeves est un scientifique appartenant à la communauté des scientifiques et il parle de sorte à rester dans le politiquement correct de sa corporation. De la même façon, beaucoup de médecins et d’autres professionnels de la santé s'intéressent à l’astrologie. Ils ne vous le diront jamais, car le Conseil de l’Ordre des médecins veille. Rares sont les médecins de l’âme, aujourd’hui c’est la médecine de la chimie qui prévaut, mais les choses changent petit à petit. Le médecin du Dalaï-lama a dit que la santé est la relation juste qui s’établit entre le cosmos et l’homme et qu’un dysfonctionnement qui provoque la maladie avait pour origine une rupture d’avec le cosmos. Ici c’est une question de choix personnel, mais surtout d’entendement.


J’étudie l’astrologie depuis maintenant 25 années et au fond de moi j’ai acquis la certitude que les étoiles ne nous dictent rien du tout. Les choses sont beaucoup plus profondes que cela.


La réalité que je découvre de plus en plus est que l’âme humaine et les étoiles collaborent pour que nous puissions grandir spirituellement. Au fond de nous, dans l’endroit le plus secret de notre être nous sommes dans le secret des dieux et cet endroit nous pouvons le mener à notre conscience. Connaître ce lieu rend libre.


Connaître ce lieu intime de notre être nous libère du fardeau du quotidien de nos existences. Joie de vivre, dynamisme reprennent le dessus sur nos interrogations. L’étude de l’astrologie correctement menée est un chemin de libération de l’être.


L’astrologie ce n’est pas ce que me fond mes étoiles, mais ce que moi-même sans le savoir (Parce que c’est inconscient) je fais avec elles. Et si je souhaite avoir la maîtrise de mon être total, je me dois de découvrir quel est ce lien qui m’unit aux astres (Je dois m’efforcer de trouver le canal qui ouvre à mon inconscient). Le psychiatre Carl Gustav Jung a beaucoup insisté sur ce dialogue interne que nous avons avec notre inconscient. Il en a fait un livre : Dialectique du Moi et de l’inconscient.


Lorsque l’on regarde le ciel étoilé de ses yeux, c’est splendide. Cette splendeur vit aussi dans nos âmes. Ce qu’il faut résoudre c’est ce que j’appelle le dilemme de la chaussette. Soit elle est à l’endroit, soit elle est à l’envers, mais vous ne pouvez jamais avoir la chaussette entière à la fois à l’endroit et à la fois à l’envers.


Il existe cependant en l’Homme la capacité d’avoir la chaussette dans ses deux états, envers et endroit, qui ne forment plus qu’un seul état. On n’est plus dehors regardant le ciel de l’extérieur, on n’est pas non plus enfermé à l’intérieur à chercher ce ciel au fond de soi, on est tout simplement entier. C’est le repos qu’apporte l’étude de l’astrologie menée correctement. Être à la fois sous les étoiles et les avoir en soi c’est atteindre à la réalité de notre unité, une et indivisible, indestructible et immortelle, la totalité de notre être.


Il n’y a plus le monde et moi ou moi et le monde, mais une unité de l’être au monde.


Selon le Petit Robert, le mot religion vient du latin religio « attention scrupuleuse, vénération », de relegere « recueillir, rassembler » (de legere « ramasser », et fig. « lire »), ou de religare « relier ».


Au-delà des dogmes et de tout ce qui sépare les êtres humains, il est nécessaire que renaisse, comme cela a été le cas dans les plus grandes civilisations passées, une religion des étoiles, car les étoiles sont le patrimoine universel de l’humanité.


Les étoiles ont vu naître chaque créature avant même qu’une seule créature ait pu prononcer le mot « étoile ». Elles sont nos origines physiques et spirituelles.



Pascal Patry - juillet 2017





[1] - Le Petit Robert


 1. métaphysique [metafizik] n. f.  


• 1282 metaphisique; lat. scolast. metaphysica, gr. meta (ta) phusika « ce qui suit les questions de physique »   


1 Recherche rationnelle ayant pour objet la connaissance de l'être absolu, des causes de l'univers et des principes premiers de la connaissance.  ontologie, philosophie. La métaphysique étudie la nature de la matière, de l'esprit, les problèmes de la connaissance, de la vérité, de la liberté.  aussi épistémologie, métalogique, morale.


2 La métaphysique de (qqch.) : réflexion systématique sur les fondements d'une activité humaine. La métaphysique du droit.  


3  Péj. Abus de la réflexion abstraite qui rend obscure la pensée. Tout cela n'est que de la métaphysique, ne contient rien de positif. « il ne s'est pas embarrassé de métaphysique » (Romains), de considérations abstraites, morales...



L’astrologie peut-elle éclairer la vie ?

Accueil Divers