Astrologie et spiritualité


L'un des éléments essentiels de la philosophie spiritualiste est la croyance en la pluralité des vies.


Dans cette perspective, comme dans les deux précédentes, la carte du ciel est bien la fiche électronique donnant la convergence des énergies zodiacales et planétaires jouant dans l'aura de notre planète à l'instant de la naissance et perçu du lieu précis de celle-ci.


Mais cette fiche représente en plus le choix de Dieu et de ses anges en vue de faire de l'existence terrestre qui vient à la fois un héritage partiel de conditions mises en place par le sujet lui-même au cours de ses vies antérieures, et un milieu pédagogique lui permettant d'avancer sur la voie de l'évolution.


L'instant et le lieu de la naissance, de même que les caractéristiques de la famille parentale, son hérédité, son milieu ethnique, culturel, religieux, national, les grandes étapes, rencontres et circonstances de vie (dont la mort), tout cela est inscrit dans le schéma de base dit thème radical (thème racine), qui porte en lui l'archétype du déroulement fume de l'incarnation, selon le plan de Dieu pour celle-ci.


Nous disons bien : de l'incarnation… Car, à l'intérieur de cette carte du ciel ou, plutôt, de la personnalité qu'elle décrit, préexiste l'esprit humain, étincelle de la grande flamme qu'on appelle Dieu, libre et éternel, potentiellement omniprésent, omniscient, omnipotent.


Les circonstances particulières et souvent déterminantes qui y sont inscrites sont la résultante d'un choix effectué par l'esprit avant la naissance, avant même la conception de ce corps qui sera le sien. Ce choix n'est que très partiel pour l'ensemble de l'humanité à l'heure actuelle, et ne porte que sur quelques panoramas de vies possibles où le type de parents avec l'hérédité qui en découle, les milieux de vie, le lot moyen de « bonheurs » et de « malheurs » donneraient un ensemble de « chances » analogues, quel que soit le choix.


Ces quelques archétypes sont élaborés par des intelligences suprahumaines nommées « seigneurs du karma » en Inde, « anges de justice » en Occident.


Ces êtres sont « programmés » de toutes les informations concernant les vies passées de l'esprit qui va se réincarner, des conséquences à vivre ici et maintenant de certaines causes émises antérieurement et parvenues à échéance, et du pas en avant qui doit être accompli au cours de cette vie (ou, du moins, des potentialités qui permettront de le faire).


Les schémas présentés au choix de l'esprit humain qui revient en incarnation comportent tous cette part de destin découpé dans son karma total, ainsi que ces opportunités pour croître en expérience, sagesse, créativité, amour. C'est la part de « destinée mûre » qui vient à accomplissement.


Dans l'ensemble des vies passées, tant de causes mentales émotionnelles, verbales, actives ont été émises que leurs effets ou conséquences ne pourraient être vécus dans les circonstances particulières et les décennies d'une seule vie humaine.


Une tranche est donc découpée dans ce karma, avec plus ou moins de « chances » et de « malchances ». Cette tranche karmique, nous pouvons la comparer à un panier de pommes, extraites d'une importante réserve. Les anges de justice choisissent un panier et l'emplissent des pommes que l'on a semées, cultivées soi-même dans le passé… Si nous devions toutes les rapporter dans ce panier - pardon ! dans cette incarnation ! -, nous serions écrasés sous leur poids et ne pourrions avancer.


Mais, dans ce panier, il ne nous en sera donné qu'une petite quantité, et l'opportunité nous est offerte avant le voyage de décider de la proportion relative de pommes splendides et de pommes pourries.


Une certaine liberté de choix nous est laissée avant l'incarnation. Il arrive que certains d'entre nous, héroïquement, demandent un plus grand nombre de pommes pourries dans l'intention de se libérer plus rapidement des dettes anciennes, ou dans la perspective d'une vie plus large, plus créative, mieux préparée à faire d'eux un serviteur du monde dans l'un ou l'autre des domaines d'activité de la planète Terre.


Mais quand le choix est fait, inéluctablement, le destin se met en marche. Quelques-uns des êtres avec qui nous fûmes liés dans le passé par les sentiments divers de l'amour ou de la haine, les relations de travail ou de guerre…, ces êtres sont inclus dans ces groupes humains qui sont les nôtres et nous les retrouverons, méconnaissables dans leur nouvelle personnalité, comme parents, conjoints, amoureux, ennemis, associés, adversaires.


D'autres, encore inconnus, croiseront nos routes.


Dans cette carte du ciel, tous y seront inscrits, non dans les particularités de telle ou telle personnalité, mais dans la qualité de notre relation, telle qu'elle vient du passé, et telle qu'en puissance elle peut se transformer si nous le souhaitons fort.


Les forces et les faiblesses de notre corps physique, les « dons » développés au cours des vies passées, retrouvées - ô prodige ! comme en Mozart enfant, le type original de sensibilité, les modes de pensée et de discernement, en codes astrologiques deviennent déchiffrables, ainsi que les grands moments du temps, les cycles de la vie rythmée par les planètes.


Mais ce que l'astrologue n'est pas en mesure de connaître (avec ses seules coordonnées astrologiques), c'est l'esprit lui-même de celui qui revêt le thème, ainsi que le degré de développement de sa volonté spirituelle. Car l'esprit est invisible par définition. (Nous verrons plus loin les quelques renseignements fournis dans un thème par le Soleil de naissance au sujet de la qualité d'énergie que l'esprit humain utilise pour entrer dans la sphère de l'incarnation terrestre, de ses facilités ou difficultés peur imposer sa volonté à sa personnalité incarnée.)


C'est donc avec beaucoup de respect que l'astrologue s'approchera d'un thème, puisque celui-ci est à la fois voile et instrument de l'esprit. Il ne peut prendre le droit de s'en approcher que si le sujet lui-même lui en fait la claire et consciente demande.


Le public devrait savoir qu'il est grave de donner à quelqu'un ses coordonnées de naissance sans en connaître le degré de sagesse et la valeur morale. Donnerions-nous la clé de notre appartement à un inconnu ? Confierions-nous notre âme au passant du hasard ? Et pourquoi confierions-nous les clés de notre ciel de naissance (qui révèle à celui qui sait le lire la description de notre caractère et les indices de notre possible devenir) à n'importe qui se prévalant de l'astrologie ?


Et si l'idéal est de trouver celui ou celle en qui l'on peut avoir entière confiance, mieux vaut, dans le cas contraire, ne rien savoir par ce moyen, et chercher d'autres voies pour se connaître mieux.


Avant de poursuivre, une image nous vient, afin de mieux dépeindre notre démarche actuelle, les lignes en perspective de notre astrologie. C'est celle du bateau : la carte du ciel de naissance nous décrit la coque du vaisseau nous permettant de faire le voyage de la vie, de la naissance à la mort ; il s'agit là de notre corps, avec sa morphologie, son état physiologique. La voilure ou la puissance motrice correspondent à la puissance émotionnelle qui nous meut. L'intellect en est le simple gouvernail ou l'ensemble sophistiqué qui permet de conduire le bateau.


Mais l'esprit qui l'habite est le seul maître à bord, le savant capitaine qui de tout en décide.
Les progressions des planètes représentent l'évolution de l'état du navire au cours des années, le travail des marins qui l'ont entretenu, amélioré, embelli, ou bien, au contraire, l'ont laissé se dégrader, rouiller ou détruire.


Rappelons que ce sont les planètes du thème radical que l'on progresse.


En revanche, ce sont les planètes du ciel de l'année de vie considérée dont on note les transits dans les signes et les maisons du thème de naissance.


Ces transits, c'est la « météo astrale » qui nous annonce les vents, les tempêtes ou l'anticyclone protecteur, qui nous prévient et qui nous guide.


Les progressions et les transits permettent à l'astrologue de prévoir les courants d'énergie et d'en informer le demandeur.


Mais nul ne peut prédire en toute certitude ce que l'esprit fera du vent et des marées avec ce bateau-là. C'est l'esprit qui décide, contre toute espérance, d'aller malgré les vents jusqu'au port décidé avant l'embarquement. L'astrologue évalue les chances potentielles, mais ne peut rien en dire, sinon encourager à poursuivre la route. À moins, bien entendu, de déceler la faille, la profonde blessure qui fait de l'être humain une épave en dérive, totalement passive, voguant au gré de tous les courants.


Il serait alors facile de prédire le naufrage possible, voire probable. Mais quelle responsabilité pour l'astrologue imprudent de se permettre ainsi la sombre prédiction ! D'abord il peut se tromper, évaluant mal les ressources spirituelles du consultant. Ensuite, la puissance de sa pensée exprimée ne peut qu'aider à mettre le malheureux navigateur en position de faiblesse et de difficulté. Car le vaisseau - pardon, l'incarnation - est en route, et il faut bien aller, coûte que coûte… Et l'homme au gouvernail a bien besoin de toute son espérance pour ne pas se laisser aller à lâcher la barre au plus fort de la tempête.


Prévoir est un privilège.

Informer est un devoir.
Prédire est une atteinte à la liberté de l'âme.


Ce qu'il faut annoncer, quand on est astrologue, c'est l'état de la mer, de ce vaste océan des énergies cosmiques, donner la position, décrire les valeurs, évaluer les forces, souligner les faiblesses afin de baliser la route poursuivie.


Et surtout, oui surtout, éveiller la conscience au sens de ce voyage, montrer la direction que l'esprit a choisie… et fortifier la foi en un clair devenir.


Astrologie Spirituelle - Aimée André †


Astrologie