Complexes et émotions

“La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne.”

Libérer l’énergie de son psychisme passe par l’expression des émotions. Toutes les situations de notre vie créaient des émotions et lorsque les émotions des situations de vie du passé plus ou moins proche ou lointain sont encore enkystées dans le psychisme, elle le bloque. Le fait de pouvoir exprimer des émotions ainsi bloquées, qui n’ont pu être exprimées à un moment donné pour des raisons inhérentes à chacun, permet de retrouver l’amplitude et la souplesse de son énergie psychique.


Exprimer une émotion, c’est souvent mettre un terme à une vieille histoire. En tout cas à une situation qui a trop duré. Lorsque nous avons assimilé nos expériences, c’est-à-dire que les émotions ont fait leur chemin intérieur, il est alors temps d’aller vers du neuf, plutôt que de rester dans une répétition incessante de schémas anciens, chargé d’anciennes émotions ; car c’est elles qui nous font vivre des situations redondantes. Divorce à répétition, surendettement à répétition, changement de petit ami à répétition, etc.


Lorsque l’énergie est bloquée, ils se forment des complexes. Qu’est-ce qu’un complexe ?


Un complexe est un ensemble de sentiments et de représentations partiellement ou totalement inconscient, pourvu d’une puissance affective qui organise la personnalité tout entière. C’est Carl Gustav Jung, psychiatre, qui au début du XIXe siècle mit au point un test : il consiste à l'aide d’association de mots à mettre en évidence un contenu émotionnel important. Un ensemble de représentations et de souvenirs à forte valeur affective ; ensemble partiellement ou totalement inconscient qui forme un complexe.


Ce complexe absorbe une certaine quantité d’énergie psychique qu’il détourne de la conscience, ce qui provoque des comportements inadaptés, car d’anciennes émotions non résolues vont faire de nous des marionnettes. Le complexe forme une entité psychique autonome au sein du psychisme et forme ce que l’on appelle des personnalités parcellaires. Ces personnalités qui contiennent nos émotions passées fonctionnent en solo à notre insu.


Nous pouvons résumer le complexe en disant que c’est une personnalité inconsciente, séparée, opposé à la personnalité consciente. Son énergie reste bloquée et la conscience n’en bénéficie pas directement, mais lutte contre elle. Il y a donc inhibition, baisse de la concentration, manque d’adaptation à la vie quotidienne, ce qui engendre de la fatigue, des tensions, du surmenage émotif, du stress négatif, etc. Carl Gustav Jung, psychiatre, disait que « les complexes jouissent d’une autonomie marquée, semblables à des êtres indépendants qui mèneraient, à l’intérieur de notre psyché, une vie parasitaire ».


De plus, un complexe est toujours associé à une croyance. Si vous avez une croyance qui vous dit qu’il ne faut pas rétorquer à un supérieur hiérarchique et que ce dernier a préalablement créé une émotion en vous, il y a formation d’un complexe. Bien sûr, cette émotion, vous allez en parler à une collègue de travail et vous allez pouvoir la décharger. Mais combien sont nombreuses les situations de l’enfance où il n’a pas été possible de décharger l’émotion ? J’ai connu une femme qui est venue en thérapie pour décharger le sentiment de honte qu’elle avait ressenti à l’âge de 5 ans ; lorsque son père lui avait descendu le pantalon pour lui mettre une fessée devant les autres membres de la famille. Toute sa vie sexuelle avait été perturbée.


Il importe pour la bonne santé psychique de laisser circuler les émotions. Se libérer des schémas répétitifs passe par l’ouverture à une conscience intégrale des émotions. Notre vie intérieure, nous le comprenons, est régie par les émotions, en général de manière inconsciente. Prendre conscience et exprimer les émotions permet dans un premier temps de se les réapproprier. C’est un temps important qui manque bien trop souvent à nos contemporains qui sont pris dans le « je n’ai pas le temps », « j’ai autre chose à faire », etc.


Mais l’exploration de nos émotions n’est pas une fin en soi. La colère, la peur, la tristesse, la joie, la surprise sont parmi les émotions de base. Mais elle ne parle pas à elle seule de la réalité profonde de notre être. L’exploration de nos émotions doit nous ouvrir à la vie de notre être, à son fondement spirituel. Si vous aviez pu, au-delà de votre croyance, parler à votre supérieur hiérarchique de votre émotion du moment, vous auriez été au centre de votre être et vous n’auriez pas eu besoin de décharger votre émotion sur une collègue de travail. Vivre à partir du centre de son être demande à percer notre ego, de passer au travers de la carapace de défense que nous avons autour du cœur pour atteindre la vie en nous par-delà les jugements et les préjugés.


Être vraiment soi-même, c’est se mettre à l’abri d’éventuelles problématiques d’ordre psychique. C’est d’ailleurs parce que ces problématiques existent que l’on cherche de l’aide auprès du thérapeute pour être enfin soi-même !




Accueil Psychothérapie Accueil Psychothérapie