Première catégorie : l’axe I du DSM 5


Il concerne les syndromes cliniques évolutifs ayant le plus souvent motivé la prise en charge, comme le syndrome dépressif majeur, le trouble panique, l'ano­rexie mentale par exemple.


Les grands chapitres retrouvés dans cette rubrique sont les suivants :


• troubles apparaissant habituellement durant la première et la deuxième enfance, ou à l'adolescence ;

• delirium, démence, trouble amnésique et autres troubles cognitifs ;

• troubles mentaux dus à une affection médicale générale ;

• troubles liés à l'utilisation de substances toxiques ;

• schizophrénies et autres troubles psychotiques ;

• troubles de l'humeur ;

• troubles anxieux ;

• troubles somatoformes ;

• troubles factices ;

• troubles dissociatifs ;

• troubles sexuels et de l'identité sexuelle ;

• troubles des conduites alimentaires ;

• troubles du sommeil ;

• troubles du contrôle des impulsions non classés ailleurs ;

• troubles de l'adaptation.


Deuxième catégorie : l’axe II du DSM 5


Il concerne les troubles de la personnalité et les troubles spécifiques du développement survenant chez l'enfant.


Plusieurs diagnostics peuvent être portés sur l'un ou l'autre de ces deux axes. Un syndrome dépressif majeur peut survenir chez une jeune patiente présentant un trouble boulimique et souffrant d'une personnalité limite par exemple.


Troisième catégorie : l’axe III du DSM 5


Il détermine les affections organiques contemporaines du trouble mental observé.


Quatrième catégorie : l’axe IV du DSM 5


Il permet d'évaluer la sévérité des facteurs de stress psychosociaux qui se sont produits pendant l'année écoulée, auxquels a été confronté le malade, et qui ont pu éventuellement jouer un rôle dans la survenue ou l'entretien du trouble.


Plusieurs catégories ont été définies : problèmes avec le groupe de support principal (la famille), problèmes liés à l'environnement social, problèmes d'édu­cation, problèmes professionnels, problèmes de logement, problèmes économiques, problèmes d'accès aux services de santé, problèmes en relation avec les institutions Judiciaires ou pénales.


Cinquième catégorie : l’axe V du DSM 5


Il évalue le niveau d'adaptation et de fonctionnement de l'individu au moment de l'observation, ainsi que le niveau le plus élevé dans l'année écoulée. Il permet de mesurer l'impact de la maladie sur le patient et ses conséquences familiales, sociales ou professionnelles.


L'évaluation se fait sur une échelle de 1 (danger persistant d'auto- ou d'hétéro­agression grave, ou incapacité durable à maintenir une hygiène corporelle minimum, ou geste suicidaire avec attente précise de la mort) à 100 (absence de symptômes, niveau supérieur de fonctionnement dans une grande variété d'activités).


Les 5 axes du DSM 5

« De nos jours, la folie, ou l’anormalité fondamentale des hommes réside dans la divergence entre essence et personnalité.

Plus un homme se connaît tel qu’il est, plus il s’approche de la sagesse.

Plus l’image qu’il a de lui-même diverge de ce qu’il est vraiment, plus il devient fou ».


Rodney Collin

Accueil Psychiatrie