Une petite histoire …

La période de Noël en Alsace est propice aux marchés de Noël. Aussi, avais-je promis à un ami de l’accompagner sur un de ces marchés. Je lui tenais compagnie et je profitais de la bonne humeur des passants en cette période de fête ; sourires, échanges, vin chaud, convivialité…

Je le quittais un instant pour me promener dans l’allée centrale et j’en profitais pour saluer et bavarder avec d’autres commerçants. Des vendeurs de bougies, de santons de Provence, de boules pour décorer le sapin de Noël, etc.

Puis, je m’arrêtais auprès d’une vendeuse dont les lumières de Noël ne faisaient pas pétiller les yeux. Entendez par là que j’ai reçu une formation de praticien en psychothérapie et que la personne que j’avais devant moi n’avait pas l’air très heureuse !

J’engageais la conversation avec elle et de fil en aiguille j’appris que la vie professionnelle de cette personne était de se rendre sur les marchés, tout au long de l’année, et de vendre les produits qui lui étaient confiés. À un moment, entre autres éléments de conversation, je lui demandais si le métier lui plaisait ; à quoi, me répondit-elle, que ça ne la dérangeait pas, mais qu’elle aurait aimé faire autre chose. Quoi donc ? rétorquais-je ? Elle me dit alors qu’elle aurait aimé s’occuper d’enfants autistes. Pourquoi donc n’avoir pas suivi cette voie demandais-je alors ? Elle me répondit que ses parents l’avaient toujours vu comme une personne sans cervelle et pas très intelligente ; que pour elle, les études dans ce sens avaient peu de chance d’aboutir.

J’ai aussi eu des parents et mes années de psychothérapies m’ont appris que les parents ne savent pas bien regarder le cœur des enfants, le lieu où réside l’énorme potentiel du devenir adulte. Ils sont souvent occupés et ils ont leurs propres soucis. Il est dès lors difficile pour les parents de vraiment prendre le temps d’apprendre à connaître leur(s) enfant(s) afin de savoir qui ils sont vraiment et ce qui est vraiment bon pour eux. Décrypter un enfant n’est pas une tâche aisée, c’est pourquoi disons-le clairement : nous avons tous été des enfants plus ou moins compris !

… Une personne sans cervelle et pas très intelligente ! ? Ces mots prononcés m’ont interloqué.

Ma deuxième casquette est d’être astropsychologue et on me dira ce qu’on voudra, avec l’astrologie on peut entrer à petits pas dans le domaine de l’âme humaine. J’ai donc voulu en savoir plus. Pour moi, avoir envie de faire quelque chose et se résigner à faire autre chose, c’est subir une contrainte et aller contre sa nature ! J’annonçais la couleur de ma deuxième casquette à cette personne et lui demandais ses coordonnées de naissance, ce qu’elle fît sans hésiter. Elle avait 22 ans.

Nous étions samedi et demain dimanche j’accompagnerais à nouveau mon ami à ce même marché de Noël, la parfaite occasion pour revenir parler avec elle de son thème astral.

Lorsque le samedi soir en rentrant j’établis la carte du ciel de cette personne, j’en eus presque les larmes aux yeux en me disant : « mais quel gâchis » !

Les éléments et l’organisation de cette carte avaient tous les ingrédients d’une personne ultrasensible, capable de lire dans l’inconscient. L’expressivité était certes fortement limitée, ce qui sans doute à des yeux extérieurs et non aguerris la faisait passer pour une simplette par la trop forte introversion qu’elle laissait entrevoir. En effet, si vous avez devant vous une personne qui parle peu ou rarement, qui est toute en pensée avec elle-même, on pourrait la croire démunie d’intelligence, surtout lorsqu’il s’agit d’une enfant !

Mais la richesse intérieure d’intuition et de perception potentielle présentes dans ce thème étaient telles que cette jeune femme aurait pu lire un texte à travers un mur ! Quelles qualités psychiques demander de plus pour lire dans le cœur d’un enfant autiste et éventuellement lui venir en aide !

J’étais content de la revoir le lendemain et de lui faire part de mes observations. Les boules de Noël un peu partout suspendues sur le marché se réfléchissaient maintenant sur ses pupilles. Nous avons parlé longuement et je lui ai dit qu’à son âge on pouvait encore rattraper bien des choses, même lorsque beaucoup de mal (involontaire souvent) avait été fait.

Elle n’était pas dans la richesse de sa vie intérieure ce que les autres y avaient étiqueté. Ses parents se sont trompés de personne ! Et elle avait effectivement le potentiel de ce qu’en elle, elle avait toujours ressenti, mais son éducation ne l’y a pas conforté. Une fois adulte, lorsque le décalage est trop grand, on fait des formations et autres pour tenter de rectifier le tir, lorsque cette rectification est possible.

Chacun de nous a été un enfant, chacun de nous a été regardé au travers des yeux de l’adulte qui nous a élevés, mais combien d’entre nous ont été réellement vus, guidés, élevés au sens de l’élévation ?

Courage, confiance, volonté sont des éléments clés que doivent posséder les enfants lorsque demain les appelle. C’est Khalil Gibran dans le « Prophète » qui le disait : « Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont l’appel de la vie à elle-même ».

Au vu de cette petite histoire, qui n’est pas la seule en ce monde et qui parlera au cœur de tout un chacun, j’invite les parents, les éducateurs à s’informer sur l’immense potentiel qui réside dans le thème astral d’un enfant, afin que le regard que l’on porte sur eux soit le plus juste possible et que le futur de notre terre soit habité par des êtres en pleine possession des capacités que la nature leur a données.



Pascal Patry

Praticien en psychothérapie

Astropsychologue

Contact


Cours psyché enfant