Le Refoulement


Mécanisme essentiel, constitutif de l'Inconscient Freudien, le refoulement est l'opération par laquelle une personne cherche à repousser ou à maintenir dans l'Inconscient certaines représentations (idées, souvenirs, images). Il s'agit d'une sorte d'oubli : des représentations inacceptables pour le Moi à l'état conscient restent enfouies dans l'inconscient. Freud écrit : « En général le refoulé ne peut, de lui-même, remonter en surface sous forme de souvenir, mais il reste capable d'action et d'effet, et un jour, sous l'influence d'une circonstance extérieure, apparaissent des résultantes psychiques, que l'on peut concevoir comme produits de transformations et rejetons du souvenir oublié ». Par exemple, dans la thérapie psychanalytique, la règle fondamentale est celle de la libre association. Cela signifie que le sujet doit exprimer spontanément tout ce qu'il pense, éprouve et ressent. Bien entendu, des résistances de la personne s'opposent à cette libre association. Elles sont liées à l'importance des forces de refoulement qui visent à maintenir certaines représentations ou certains conflits dans l'inconscient. L'analyse de ces résistances constitue l'un des objectifs essentiels du traitement et donne l'occasion au patient de comprendre l'action des refoulements qui opèrent en lui. De même, l'analyse de certains matériels, comme les symptômes, les actes manqués ou les rêves, offre un relatif accès aux conflits inconscients.


Le Déplacement


Dans ce mécanisme, l'intensité d'une représentation est susceptible de se détacher d'elle pour passer à d'autres représentations, originellement peu intenses, reliées à la première par une chaîne associative. Le phénomène est particulièrement repérable dans la formation des rêves par un mécanisme de déplacement, les éléments les plus importants du contenu du rêve sont volontiers remplacés par des détails minimes. Dans la phobie, le déplacement de l'angoisse sur un objet phobique précis (animal, espace clos, etc.) permet d'objectiver, de localiser et de circonscrire l'angoisse.


La Dénégation


Grâce au mécanisme de dénégation, la personne peut se permettre de formuler des désirs inconscients (précédemment refoulés), à condition de nier qu'ils la concernent. Il ne s'agit pas d'un véritable refoulement, mais d'un refus de considérer certains aspects de ses pensées ou de ses sentiments. On retrouve des mécanismes de dénégation dans des formulations comme : « Ne croyez pas que je pense ceci... », ou bien « Je ne dis pas cela parce que… », etc. En rejetant comme fausse la proposition, la personne n'en affirme pas moins l'existence d'un désir qu'elle refuse de reconnaître comme sien.


L’ Isolation


L'isolation est le procédé qui consiste à isoler une pensée ou un comportement, de telle sorte que les connexions avec son contexte affectif, avec d'autres pensées, ou avec le reste de l'existence de la personne se trouvent rompues. Au contraire du refoulement, il y a atténuation de la perception, et non pas fuite. Ce qui est réprimé, c'est le lien entre deux événements, dont la conjonction est désagréable. Dans l'humour ou la dérision, par exemple, mais aussi l'intellectualisation, la représentation peut subsister, mais avec un affect mis à distance ou détourné.


La Formation réactionnelle


Une formation réactionnelle est une attitude psychique de sens opposé à un désir refoulé, et constituée en réaction contre celui-ci. C'est un contre-investissement conscient, de force égale et de direction opposée à l'investissement inconscient, par exemple le goût excessif pour la propreté camouflant une tendance à la saleté ; la piété marquée remplaçant des désirs agressifs inconscients ; l'agressivité remplacée par des conduites excessivement affables ou polies, etc. La tendance à utiliser de manière prépondérante ce mécanisme de formation réactionnelle peut constituer un trait de caractère permanent intégré à la personnalité.


Le Clivage


Le clivage est une notion qui exprime le résultat d'une action de division ou de séparation de l'objet en deux ou plusieurs parties, visant à faire jouer entre elles les parties ainsi séparées. Grâce au clivage, une même situation peut être vécue par une personne de manière opposée d'un moment à l'autre, sans qu'elle soit gêné par cette contradiction. Les individus qui utilisent volontiers le mécanisme de clivage ont généralement des relations interpersonnelles qui alternent entre une grande affection et une agressivité extrême, sans que le sujet ne soit apparemment sensible à cette contradiction.


L’Idéalisation


L'idéalisation est le mécanisme qui consiste à idéaliser autrui afin de le mettre à l'abri des tendances destructrices qui pourraient être contenues en soi (par exemple, idéalisation de l'objet aimé dans la passion amoureuse).


Les principaux mécanismes de défense

Accueil Psychanalyse Accueil Psychanalyse