Thérapie de soutien - Astropsychologue

Aller au contenu

Thérapie de soutien

La thérapie de soutien

Le travail thérapeutique dans la thérapie de soutien n’est pas nécessairement un travail d’introspection psychique.

Il s’agit plutôt d’aider une personne à mobiliser ses ressources dans une situation donnée, situation qui est momentanément source de déséquilibre pour elle avec des répercussions sur sa dynamique psychologique.

Toute situation de difficulté dans la vie d’une personne n’engage pas forcément une évaluation globale de sa dynamique psychique. Une psychothérapie visant à un changement profond n’est pas toujours indiquée. La thérapie de soutien est une modalité spécifique à des situations en lien avec la santé comme une difficile acceptation d’une situation d’hospitalisation, une situation d’anxiété avant des examens, une difficulté d’adaptation à une pathologie, l’annonce d’une maladie grave, le soutien aux proches d’un patient hospitalisé.

La thérapie de soutien est aussi préconisée dans l’accompagnement de personnes en réinsertion sociale, de procédure de divorce, de temps post-décès du conjoint, d’enfant en difficulté scolaire, de violence conjugale, etc.

Deux approches peuvent être utilisées dans la thérapie de soutien :
• L’orientation psychanalytique
• L’approche humaniste

L’approche humaniste a été élaborée par Carl Rogers.
Il s’agit d’entretien en face-à-face, individuel ou en petit groupe (couple parental, un parent et ses enfants…). La durée du suivi est généralement assez courte, de quelques jours à plusieurs mois, plus rarement quelques années.

Ce qui motive le suivi dans la thérapie de soutien est connu et formera l’essentiel du travail : stress, problème conjugal, addiction, etc. Il peut cependant arriver que le matériel psychique mobilisé chez la personne soit plus important que prévu (données transgénérationnelles qui émergent, etc.) ou que des troubles nécessitant une approche plus introspective se fassent jour (dépression masquée, etc.).

La thérapie de soutien peut alors devenir une prise en charge psychothérapeutique.

Carl Rogers est celui qui a développé la notion de relation d’aide ; le dispositif qu’il a mis en place est particulièrement adapté à la thérapie de soutien.

La prise en charge de la personne est basée à la fois sur des techniques communicationnelles, mais surtout des attitudes thérapeutiques. Ces attitudes constituent la base des suivis dits « centrés sur la personne », par essence non directifs. En effet, pour Carl Rogers, il s’agit d’établir une relation interpersonnelle constructive, susceptible d’aider la personne à retrouver une évolution positive. Le thérapeute a dans ce dispositif une place importante, au moins dans la construction de cette interrelation, puisque c’est essentiellement par son attitude qu’elle va se construire. Il doit se mettre en position d’écoute positive inconditionnelle, sans préjugés, et autant que possible de s’inscrire dans un mouvement empathique.
La réussite du traitement réside dans l’authenticité du thérapeute, la justesse de ses pensées et de ses ressentis.

Retourner au contenu