Le Nœud Sud en Maison V

Bonjour
Title
Aller au contenu

Le Nœud Sud en Maison V

Pascal Patry astrologue et thérapeute à Strasbourg 67000
Publié par Pascal Patry dans Astropsychologie · 31 Octobre 2022
Tags: LeNœudSudenMaisonV
Le Nœud Sud en Maison V

La maison V représente les plaisirs, les amusements, les amours et les liaisons.

Elle détient aussi nos pou­voirs de création, nos facultés de produire… des œu­vres, ou des enfants.

C'est la procréation ou la création à partir de tout ce que nous avons « dans le ventre ». C'est aussi, en analogie avec le Lion, le spectacle.

Avec un nœud sud en maison V, le spectacle devient un besoin de spectaculaire : applaudissements ou reconnaissance excessifs pour nos amours, pour les œuvres ou les enfants que nous fécondons.

C'est aussi une quête démesurée et très personnelle de satisfac­tions mais aussi de « panache », de « prestige » au tra­vers de nos accomplissements, de nos amours pour autrui ou de ceux d'autrui à notre égard.

Souvent, le sujet aura subi de grandes frustrations affectives lorsqu'il était enfant. Par compensation, il pourra faire de sa vie d'adulte un festival de revendi­cations affectives.

La maison V pourra, à la limite, porter le sujet à se confondre avec ses amours ou ses œuvres ou à ne pouvoir « exister » qu'au travers de ceux-ci.

Certains sujets vivront quasi exclusivement le seul domaine affectif, au détriment des autres aspects de la vie. De plus, au travers de l'amour de l'autre, s'ins­crit fréquemment une recherche implicite d'un parte­naire physiquement ou socialement éclatant, ou dont la situation prestigieuse conforte l'ego.

L'amour peut être vécu de manière à épater l'entourage, ou à accroître son propre éclat, plutôt que dans un don désintéressé de soi-même au partenaire, lequel peut devenir encom­brant s'il se mettait à décliner.

Dans certains cas, il arrive même que les enfants soient considérés comme un handicap à la construc­tion de sa propre auréole.

Sa mission de vie est en maison XI, laquelle, tout comme le Verseau, détient les valeurs de fraternité.

S'il fait ses premiers pas dans cette direction, le sujet pourra accomplir de grands gestes « confraternels » pour ses pairs, mais son nœud sud en V, pas tout à fait résolu, et le besoin d'éclat qu'il inclut le portera à revendiquer, donc à dénaturer son humanisme nais­sant.

Au travers de ses actes, il recherchera inconsciem­ment une « réponse » de la part de ceux pour les­quels « il a tant fait ».

Ce n'est que lorsqu’il pourra vraiment agir de ma­nière impersonnelle ou véritablement amicale, qu'il atteindra l'accomplissement requis de sa présente incarnation.

Le nœud sud en V « vivra » pour le panache, pour l'éclat, ou pour nourrir son besoin d'être apprécié.

Le nœud sud en Lion « étalonnera » sa vie sur la recherche du spectaculaire.

Avec les années, tous deux constateront la vanité des choses et la nécessité du geste gratuit, imperson­nel et anonyme, de l'amour désimpliqué des besoins de grandeur, de beauté ou d'éclat du partenaire.

***
Votre vie paraît trop axée sur et trop limitée à vos histoires de cœur, plutôt dans le sens « avoir du cœur », au travers desquelles vous tendez plus à satisfaire un besoin de fierté ou de prestige, souvent en en faisant étalage, plutôt qu'à vous abandonner vraiment et dis­crètement à l'amour.

Votre motivation essentielle, ce que vous pensez devoir accomplir pour autrui, affectivement semble en effet trop conditionnée par votre besoin d'une quelcon­que consécration.

C'est pourquoi vous êtes plus attaché à l'éclat que vous apportent vos histoires d'amour qu'à votre par­tenaire car, en fin de compte, vous pourrez rompre et en changer dès que vous estimerez ne plus être grati­fié de la reconnaissance espérée, ou encore dès que son éclat déclinerait, physiquement ou socialement.

C'est un certain pathétisme que l'on décèle au tra­vers de vos quêtes de reconnaissance admiratives pour les faveurs que vous accordez ou des soutiens que vous pouvez apporter.

À cause de ce besoin d'avoir seul droit d'expression, vous pouvez vous gaspiller en efforts exagérés pour conserver les moyens de votre générosité, jusqu'à vous conforter dans l'idée que vous détenez la responsabi­lité du bonheur, voire de la survie d'autrui.

Il faudrait pourtant que vous compreniez que ce sont vos affaires de cœur, et l'implication de prestance que vous leur collez, qui vous affaiblissent.

Cette crainte d'être ignoré, de ne vivre qu'un second rôle ou encore de ne pas vous voir accorder la place que vous projetiez, peut même vous pousser à changer de milieu ou de partenaire.

Vous accordez trop d'importance au respect qui vous est dû exagérant le sens de l'honneur comme si votre vie, parfois, était une représentation théâtrale avec l'exploit chevaleresque comme fin.

Dans un tel contexte, vous vous laissez facilement séduire et… piéger par des démonstrations prestigieu­ses desquelles une certaine part de frime n'est pas exclue et pour constater ensuite, à vos dépens, que tout n'était qu'apparences.

Le monde de frustrations que vous vous construisez ainsi n'est lié qu'à ce mélange étrange fait de romantisme et de pathétisme qui sont vraiment vos pires ennemis.

Votre mission de vie a pour objet de vous inciter à dépasser ces états, dans lesquels votre dignité et le respect attendu tiennent une trop grande place.

Il vous sera nécessaire un jour d'accepter l'appui de plus fort que vous avec quelque humilité, sans quoi votre vie affective deviendra une véritable source de frustrations. Abolissez aussi ce côté égotique, seule source de vos fréquents désappointements et laissez venir les choses en prenant du recul par rapport à vos besoins de « grands accomplissements ».

Recherchez moins la sympathie d'autrui car vous ne pourrez l'obtenir en restant si centré sur vous-même.
Il vous faudra vous intéresser au monde de façon plus large, sans recherche d'éclat pour vos réalisations et en acceptant en toute simplicité les appuis qui vous sont offerts.

Car votre difficulté à accepter d'être « redevable » est aussi liée à votre fierté excessive.

Cette nouvelle démarche vous introduira dans le monde de l'amitié, dans lequel les valeurs impersonnelles prennent le pas sur toutes les implications. Mon­de qui permet de donner aussi bien que de recevoir de manière authentique, c'est-à-dire désimpliquée du besoin d'auréole pour le don accordé, et de la nécessité de lui donner une contrepartie matérielle.

A ce nouvel échelon de votre évolution, l'impôt tance ne résidera plus dans ce que vous accomplirez mais dans votre nouvelle capacité à délier vos actes de toute connotation compensatoire. Paradoxalement, c'est dans cet effacement que non seulement vous vous grandirez, mais que vous construirez votre harmonie et atteindrez votre réussite, même matérielle.

À terme, c'est en vous consacrant à des causes plus élevées, en choisissant un mouvement de vie plus puis­sant, dans un monde où dominent les valeurs humani­taires désintéressées que vous prendrez conscience de votre vraie valeur.

---







0
commentaires

Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste

5, impasse du mai
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 22 97 27
Mobile : 06 29 54 50 29

Retourner au contenu